Marc Budan, 59 ans, est un ingénieur de formation qui s’est assez rapidement retrouvé à exercer des fonctions exécutives au sein de la première start-up pour laquelle il a travaillé. D’abord directeur commercial puis directeur général, il fait ses premières armes en tant que dirigeant jusqu’à la vente de la start-up.

Il passera quelques années dans un grand groupe à préparer son prochain projet : CNS communications. Il fondera en 2004 cette société, qui depuis 16 ans maintenant se développe avec une croissance moyenne de 30% par ans.

Marc ne semble pas spécialement intéressé par l’appellation d’entrepreneur, qui ne rentre tout simplement pas dans son vocabulaire, mais pourtant, il agit comme tel. Il est animé par une vision claire de la direction qu’il souhaite donner à son affaire, qui n’hésite pas à casser les codes pour s’imposer comme un acteur compétitif et performant du secteur.

En s’entourant de personnes plus compétentes que lui, que ce soit au niveau technique ou au niveau de la gouvernance de l’entreprise, Marc a pu s’éloigner des fonctions de dirigeant et devenir – ne lui en déplaise – pleinement entrepreneur. Depuis quelques années maintenant il se focalise pleinement sur la création d’une identité et d’une culture d’entreprise forte et qui saura le rendre compétitif sur le marché de l’embauche, qui reste sa préoccupation majeure dans un secteur compétitif ou la concurrence rivalise d’ingéniosité pour attirer les meilleurs talents à elle.

Initialement fondée comme une société sous-traitant la structuration des réseaux informatiques de structures importantes, (type CAC40, acteurs publics…) l’activité de CNS a évolué vers le conseil. Contraint de s’adapter aux nouvelles réalités du marché, CNS doit évoluer pour rester compétitive face aux start-up data oriented qui pullulent aujourd’hui. Hier disruptive, CNS est aujourd’hui un acteur en place depuis presque 20 ans qui doit continuer de placer l’innovation au cœur de son projet et de sa culture.

Interview enregistré par Pierre Budan

Ilan Koskas
Co-fondateur Kiute (ex Flexy)
Flexy (ex FlexyBeauty) est une société créée en 2014, commercialisée en 2015.
Logiciel SAAS de gestion (B2B) et solution tout en un de réservation et vente en ligne pour les professionnels de la beauté (salons de coiffure, instituts de beauté et SPA).
Flexy commence en 2016 avec un amorçage à 1 million auprès de NewFund et complète en 2018 avec une série A de 7 millions auprès de Serena Capital.
En 2020 Flexy et Le Ciseau (plateforme B2C dans la coiffure) unissent leurs forces pour devenir le leader de la BeautyTech avec plus de 10000 salons partenaires (instituts de beauté, salons de coiffure, SPA) et ont pour objectif de devenir le Doctoblib de la beauté.

Interview enregistrée par Pierre Bonnet

Un parcours hybride et diversifié :

Diplômé d’HEC Entrepreneur en 1998 après une formation à Sciences-Po et des études de lettres et histoire-géographie, Yann Marteil part aux Etats unis pendant 3 ans pour monter et développer la filiale de la société informatique française Freelance.com (EU, Canada, Mexique…).

En 2001, il rejoint le monde de l’édition chez Hachette livre, en tant que CFO d’une division.

De 2007 à 2010, il intègre les équipes de Monoprix au Business Développement (acquisitions, extension à l’international…) et prend notamment en charge le rachat de Naturalia en 2008.

De 2010 à 2013 il est à la présidence de Primavista, une société de photographie, en LBO ce qui le met en contact direct avec les fonds d’investissement.

De 2014 à 2020, il occupe le poste de directeur général délégué de Mobivia (Norauto, Midas…) et de CEO de ViaID, qui est à la fois un fonds d’investissement et un accélérateur de start-ups.

En 2015, il fonde aussi Evergreen, une société de conseil au développement durable et à la transition énergétique.

En 2020, il ouvre une nouvelle page dans sa carrière professionnelle en entamant la création de son propre fonds d’investissement Shift4Good, spécialisé dans les mobilités urbaines et l’agriTech en Europe et en Asie du Sud Est.

Interview enregistrée par Hugo Couerbe

Entrepreneur depuis l’âge de 14 ans avec son premier site internet.
Intéressé par le cinéma (a essayé de lancer une place de marché pour les cinémas).
Fasciné par Pixar et sa maitrise de l’Émotion.
Subjugué par la puissance de la musique.
A déjà essayé de produire quelques court-métrages privés.
Pratique le tennis.
Maitre à penser : St Exupéry.
Logiciels préférés : Affinity Designer, Affinity Photo, Safari, Sketch.
Site préféré : Médium.
Déteste : Facebook et les réseaux sociaux.
Intrigué par : Compote à la rhubarbe.
Plutôt réservé. Mac user depuis… toujours.
Aime se poser à la campagne. Habite : Lyon.
Rôle : Président. Objectif : Rouler en Tesla à 25 ans.
Dans 10 ans, se voit : réalisateur de films, testeur de matelas et à la tête d’une holding regroupant toutes les entreprises qu’il aura créées d’ici-là.

https://ad-sum.com/

Interview réalisée par Louis DE CASABIANCA

Tai NGO, 32 years old, CEO & Founder of Up Travel Vietnam and Founder & Managing Director at Rose Kitchen Hanoi.

Graduated from Hanoi Foreign Trade University with international economic major, Tai NGO chose to start his career in tourism. He saw opportunities and many things to improve in this industry. Thanks to his time as a freelance tour guide, Tai built up potential contacts for business. He persuaded his friend to found Up Travel Vietnam in 2015.

This company offers reliable tour related to consultancy to both tourists and business traveler, private and group tour all over Vietnam also cooking class for foreign tourists. First, there were only 2 people, Tai and his friend. Now after 5 years of operating, he has 25 full-time staff in different areas. In the future, his plan is to cooperate with many countries to widen his network

https://uptravelvietnam.com/

Podcast recorded by Do Hong an Bui

Claude Robin 53 ans entrepreneur accompli issu d’une formation d’école de commerce puis d’expert-comptable, a su en quelques années hisser le groupe Amarris avec l’aide de l’ensemble de ses collaborateurs dans le TOP 50 des plus gros cabinets d’expertise comptable français.

Il nous raconte son histoire ses conseils ainsi que sa vision de l’entrepreneuriat.

https://amarrisgroupe.fr/

Dans cette épisode je reviens sur une mauvaise habitude qui consiste à : “sous prétexte que l’on adopte une démarche itérative, un brouillon suffit”.

Un brouillon est et restera un brouillon. C’est de la responsabilité de l’auteur(e) des auteur(e)s d’en changer le statut.

Écrire, se relire, se faire relire… corriger.

Objectif: clarté pour l’interlocuteur/le lecteur.

Qui est mon interlocuteur/lecteur? Que connaît-il déjà? Quelle information est indispensable à sa bonne compréhension?…

On peut garder la structure classique de présentation d’une opportunité d’affaires : CONSTAT, PROBLÈME & SOLUTION.

Chaque composante doit être claire et obtenir l’adhésion de l’interlocuteur/lecteur.

Si vous étiez peintre, oseriez-vous présenter le brouillon de votre esquisse à votre mécène?

Ne perdez jamais de vue que vos interlocuteurs sont sensibles à l’esthétique : le choix des mots, des images, l’équilibre, l’asymétrie…

En somme: votre formulation vous semble-t-elle claire et belle?

Exercice: décrire son opportunité d’affaires en 30 mots, 50 mots, 100 mots. En fonction du nombre de mots on apporte plus de détail sur la mise en œuvre de la solution…

Ce premier épisode s’adresse en priorité aux entrepreneur(e)s en devenir qui souhaitent se lancer un projet dans une industrie qu’ils ne connaissent pas parfaitement et ceux qui sont en recherche d’idée.

Les entrepreneur(e)s qui entreprennent dans le secteur dans lequel ils ont de l’expérience ont, en général, une très bonne connaissance des mécanismes et des acteurs de leur industrie.

=> Si ce n’est pas votre cas, je vous invite à prendre le temps de découvrir et comprendre. Même si vous pensez le connaître, essayez de le comprendre comme un(e) expert(e).

Les opportunités d’affaires relèvent souvent d’une observation semi-consciente du monde. Tous les canaux d’observation sont valables: journaux, podcasts, programmes télé, internet…

=> Puisez dans tout ce que vous maitrisez, ce que vous avez observé, constaté…

C’est au cours d’une soirée Startup organisée à la CCI France Canada – Montréal que j’ai rencontré Gilles de Saint-Exupéry. Il présentait ce soir-là son parcours entrepreneurial.

Je suis ravi d’avoir pu réaliser ce podcast avec Gilles, un entrepreneur capable de regarder de façon honnête et critique son parcours tout en cherchant à s’améliorer et à créer sa propre voie et sa manière d’être un entrepreneur.

Bio:

Membre du Barreau du Québec et admis au Barreau de Paris, Gilles enseigne le droit de l’Internet à la Polytechnique Montréal et à l’Université de Sherbrooke. Il encadre également la clinique juridique pour entrepreneurs à la Faculté de droit de l’Université de Montréal.

Source: https://www.lexstart.ca/a-propos/

Member of the Quebec Bar, Gilles specializes in information technology law. A 2.0 kind of lawyer, he is passionate about legal technology and teaches Internet law at the Polytechnique de Montreal and the University of Sherbrooke.

Source: https://www.lexstart.ca/en/who-are-we/

Plus d’information sur LexStart / More information on LexStart- https://www.lexstart.ca

Hubert de Boisredon est devenu entrepreneur au Chili au lendemain de l’obtention de son diplôme à HEC. Il est aujourd’hui CEO d’une ETI française, Armor. Il a reçu plusieurs prix d’entrepreneuriat et a été récemment sélectionné parmi les “100 entrepreneurs qui changent la France”.

 

Au Chili, il crée Contigo, une des premières banques de micro-crédits d’Amérique Latine. Elle permet d’accompagner la création de plus de 50 000 entreprises et de créer plus de 100 000 emplois.

 

Armor, dont Monsieur de Boisredon est actuellement le CEO, est une ETI industrielle de 2000 employés, leader mondial dans les consommables d’impression des étiquettes code barre. Aujourd’hui, Armor représente pour lui la jonction entre l’entrepreneuriat et la gestion d’une multinationale.

 

Audace, prise de risque, rencontre, motivations : Monsieur de Boisredon met en lumière des notions et des caractéristiques communes à tout entrepreneur. Nous vous souhaitons une bonne écoute !

 

Vous pouvez retrouver l’entreprise dans laquelle Hubert de Boisredon travaille via le lien suivant : https://www.armor-group.com/fr.